Posant devant une photo géante de lui serrant un trophée gagnant, Peter Schmeichel n'aurait pas pu choisir un meilleur endroit pour lancer le programme OWP liVe de l'IMD.

Le maintes-fois décoré ancien gardien de but de Manchester United et du Danemark a offert un précieux mélange de conseils et d'anecdotes pour inspirer les 400 participants au programme virtuel.

La motivation, l ‘ambition et ce qu'il a appelé "l'efficacité personnelle" ont été les thèmes principaux d'un message soulignant l'importance d'avoir des objectifs clairs, ambitieux mais pas complètement irréalistes.

Se remémorant à l’esprit que c’est à neuf ans qu’il s’est dit qu’il voulait devenir footballeur, il peut conseiller : "Découvre ce que tu veux faire dans la vie. Une fois que c’est clair, vous devez décider de ce que vous voulez en faire. Ensuite, et c'est le plus important, vous devez vous demander : "Qu'êtes-vous prêt à investir pour y parvenir ? »

Si le talent est le facteur clé, l'autodiscipline et le travail acharné sont des corollaires essentiels. "Je crois que vous devez prendre le contrôle de vous-même et de votre environnement. Vous ne pouvez pas attendre de quelqu'un qu'il fasse quelque chose pour vous".

Quel que soit le talent d'une personne dans le sport ou dans les affaires, personne ne peut atteindre le sommet et y rester, sans un immense effort. "Je n'ai jamais manqué un entraînement. J'ai toujours travaillé très dur", se souvient-il.

Le président de l'IMD, Jean-François Manzoni, qui a accepté d'animer la session, est aligné avec ces propos. "Ce n'est pas à la mode", a-t-il déclaré. C'est tellement plus facile pour les managers de penser : "Je suis vraiment intelligent et je suis tombé dans la potion magique quand j'étais enfant". Mais en réalité, être un leader, tout comme être un grand gardien de but ou un grand entraîneur, nécessite un apprentissage tout au long de la vie, beaucoup de travail et une réflexion continuelle".

Rechercher la simplicité en tant que leader

Si l'élan et l'ambition sont les premiers ingrédients, les conseils inspirés viennent ensuite. Même les plus brillants et les meilleurs ont besoin de conseils, qu'ils soient dispensés par un coach, un formateur ou un mentor d'entreprise. Schmeichel en a identifié huit au cours de sa vie sportive, dont le rôle déterminant a été joué par Sir Alex Ferguson, le patron exigeant de Manchester United.

"J'ai toujours eu quelqu’un au profil identique que Sir Alex Ferguson. Quelqu'un de plus âgé, de plus expérimenté, qui pouvait me pousser au niveau suivant". Peu importe le talent de l'individu, une telle vision extérieure est essentielle, a-t-il observé.

La troisième recommandation de Peter Schmeichel est de maintenir les choses simples. Les grands dirigeants sont de grands simplificateurs : ils vont au cœur des problèmes et savent articuler les choses avec clarté. Ils peuvent également créer une approche intégrée. Leurs idées sont intégrées dans les pratiques, nous pratiquons donc les techniques et les idées clés encore et encore, ce qui leur permet d'émerger "naturellement" au cours du jeu.

Pour tout dirigeant, une approche intégrée signifie joindre le geste à la parole, aligner la structure, les processus et les récompenses, et s'assurer que tous les signaux envoyés renforcent le message sous-jacent, simple mais puissant.

Qu'il soit entraîneur d'une équipe, capitaine avec des collègues ou directeur général avec une équipe de collègues dirigeants, le succès dépend de la confiance. Dans les plus hautes sphères du sport ou de l'entreprise, la faiblesse, l'incertitude ou un doute excessif sur soi-même seraient impitoyablement exposés et potentiellement fatals étant donné le danger de perte de concentration.

En tant que gardien de but, on était violemment exposé. Pour défendre avec succès les penaltys, il faut avoir une grande confiance en soi. "Je me croyais invincible, le meilleur du monde. La personne essayant de botter le ballon était en train de perdre son temps", ajoute-t-il avec humour.

Mais l'ego, bien sûr, pouvait aussi se révéler destructeur s'il n'est pas canalisé et mis au service d'un effort commun avec des objectifs partagés. "Les meilleures équipes dans lesquelles j'ai joué, elles avaient des capitaines partout. Sur le terrain, tout le monde doit se surpasser". Cette "mentalité de propriétaire", selon les termes du modérateur Manzoni, est également un attribut clé dans le monde des affaires.

"Nous sommes onze et, bien sûr, un entraîneur, mais chacun d'entre nous est d'une manière ou d'une autre responsable et se profile", a déclaré Manzoni.

Pas de progrès sans erreurs et sans apprentissage

Malgré la confiance en soi requise sur le terrain, Peter Schmeichel a reconnu l'importance de l'apprentissage. Il est absolument déconseillé de s'attarder sur des problèmes pendant un match de football intense de 90 minutes, a-t-il déclaré.

Après le match, cependant, il a souligné la nécessité de réfléchir à ce que l'on a fait de bien et de moins bien. En ce qui concerne les aspects moins satisfaisants, il faut ensuite identifier d'autres façons possibles de les faire et s’atteler à les améliorer. "Si vous avez fait une erreur, vous devez passer à autre chose immédiatement. Si vous commencez à vous y attarder et à vous apitoyer sur votre sort, la prochaine erreur se produira".

L'astuce consiste à s'efforcer de rectifier les choses après le feu de la bataille, que ce soit par la pratique ou par d'autres moyens. "Je ne pense pas que vous puissiez progresser sans faire d'erreurs. Je ne vois pas l'adversité comme un point négatif, mais comme une opportunité de se développer, comme un point constructif", a-t-il déclaré.

Ces mots sont une leçon pour la vie. "Si vous voulez rester au top, vous devez garder la cadence. L'apprentissage et la formation tout au long de la vie sont tout aussi pertinents dans le sport que dans toute autre activité. "C'est une nécessité", a conclu Schmeichel.