Singapour (1ère), Zurich (2ème) et Oslo (3ème) arrivent en tête du Smart City Index (SCI) 2021 de l'IMD-SUTD. Une analyse approfondie des données montre que les populations urbaines accordent de plus en plus d'importance aux aspects sanitaires et environnementaux de leurs villes depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Le SCI classe 118 villes en fonction de la perception qu'ont leurs citoyens de la manière dont la technologie peut améliorer leur vie, ainsi que des données économiques et sociales tirées de l'indice de développement humain (IDH) des Nations unies. Il s'agit d'un travail annuel conjoint de l'Institute for Management Development (IMD) et de la Singapore University for Technology and Design (SUTD), et c'est le troisième à être publié.

Les données indiquent que les préoccupations environnementales sont comparativement plus fortes dans les villes riches. Dans le monde entier, la préoccupation numéro une est l'accès à un logement abordable. Toutefois, les données montrent également que l'accès à une meilleure qualité de l'air et l'accès aux services de santé sont devenus une plus grande priorité dans les villes du monde entier depuis l'apparition de la pandémie.

Quelque 15 000 citadins ont été interrogés dans le monde entier en juillet 2021. On leur a posé 39 questions sur la façon dont ils estiment que leurs villes respectives se comportent dans cinq domaines clés : santé et sécurité; mobilité; activités; opportunités (travail et école); et gouvernance. Ils ont été interrogés sur la façon dont la technologie aide à relever des défis urbains spécifiques : Les services de recyclage sont satisfaisants", "La sécurité publique n'est pas un problème" et "La pollution atmosphérique n'est pas un problème".

Il leur a également été demandé de choisir cinq domaines prioritaires pour leur ville parmi une liste de 15, et quatre autres questions ont été posées pour évaluer leur attitude. Par exemple, "Pensez-vous que la disponibilité d'informations en ligne a augmenté votre confiance dans les autorités ?".

"Il est clair que le COVID a changé la façon dont les dirigeants et les citoyens des villes intelligentes envisagent les défis à venir", a déclaré Arturo Bris, professeur de finance à l'IMD, qui a supervisé les travaux du classement en tant que directeur du Centre de la Compétitivité mondiale. "Les urgences environnementales resteront également très présentes dans l'agenda des villes intelligentes, et c'est un domaine dans lequel les attentes des citoyens - et leurs attitudes parfois ambivalentes vis-à-vis de la technologie - devront faire l'objet d'une attention particulière."

"La gestion urbaine n'est pas la seule à être revisitée à la lumière de l'expérience de la pandémie ; la conception et l'aménagement urbains doivent également être adaptés aux nouveaux défis", a fait remarquer Cheong Koon Hean, président du Lee Kuan Yew Centre for Innovative Cities au SUTD.

 

Les villes intelligentes se révèlent innovantes et résilientes

Les auteurs du rapport ont expliqué comment, dans toutes les régions du monde, la propagation rapide du COVID-19 parmi les populations urbaines a conduit les dirigeants des villes à faire face à de nouvelles responsabilités. Selon eux, cela a été particulièrement visible dans les pays où les gouvernements centraux ont été lents ou réticents à prendre des mesures. Souvent, les villes se sont montrées plus agiles que les gouvernements centraux, avec des approches innovantes adoptées au niveau municipal pour organiser la distribution d'équipements de protection, l'utilisation des installations médicales disponibles et les campagnes de vaccination.

À l'échelle mondiale, les données montrent comment, dans les villes intelligentes, l'existence d'une forte culture technologique et d'une bonne infrastructure numérique a facilité de telles initiatives, notamment par le traçage des mouvements et des contacts des citoyens.

"La pandémie a généré une accélération des transformations numériques et écologiques dans les villes intelligentes", a déclaré Bruno Lanvin, président de l'Observatoire des villes intelligentes de l'IMD. "Cette accélération redéfinit la résilience, qui devient de plus en plus un objectif local. Et les villes qui ont été considérées comme gérant les défis COVID de manière efficace et efficiente sont bien classées dans le rapport ; on peut citer Singapour (1ère) et la ville de Taipei (4ème)."

"Mais la taille n'est pas nécessairement un avantage pour les villes intelligentes", a-t-il ajouté. "Nous voyons dans l'indice 2021 comment des villes de taille moyenne comme Oslo (3ème), Lausanne (5ème), Genève (8 ème) et Bilbao (10 ème) obtiennent des résultats remarquables."

En effet, trois villes suisses ont fait leur entrée dans le top 10. Selon les auteurs, cela est dû en partie au bon système de santé du pays, ce qui signifie que les villes suisses ont maîtrisé la pandémie sans aucun moment de crise majeur. Cela leur a laissé du temps et de l'espace pour s'attaquer au problème répandu du logement abordable. En outre, les habitants des villes suisses continuent de bénéficier d'un système scolaire, éducatif et de formation continue bien développé, avec un haut degré de perméabilité et un niveau assez élevé de compétences numériques.

Au niveau mondial, chaque région a ses propres leaders dans le Smart City Index (SCI) 2021 de l'IMD-SUTD, offrant des exemples de la manière dont les villes intelligentes peuvent contribuer à améliorer la valeur apportée aux citoyens, et devenir des pôles compétitifs pour les investissements et les talents : La ville de New York (12ème) est en tête en Amérique du Nord, Abu Dhabi (28ème) au Moyen-Orient et Moscou (54ème) en Europe de l'Est.

"Alors que les villes d'Amérique latine et d'Afrique restent largement dans les quartiles inférieurs de l'indice, les exemples relativement réussis de Buenos Aires (98ème) ou du Caire (104ème) devraient servir de stimulants pour que d'autres villes fassent des efforts pour devenir plus intelligentes", a déclaré Bruno Lanvin.